Bonjour Françoise, depuis la création de l’association en septembre dernier, tu nous représentes en tant que déléguée générale. Quel est ton rôle au sein de l’association ?

En tant que déléguée générale, je propose des idées et oriente, ensemble avec le conseil collégial, des actions à mener tout en veillant à leur concrétisation : cela se vit dans une négociation permanente et une confiance totale des membres. Je suis aussi en contact avec des coopératives régionales ou plus éloignées, et l’échange avec eux et la solidarité entre nous dans nos projets respectifs est précieuse. Je dois veiller à rester au plus près des statuts de l’association, de notre modèle d’économie sociale et solidaire et bien entendu de la finalisation du projet, c’est à dire l’ouverture d’un super marché coopératif : il s’agit d’accueillir le plus grand nombre possible d’adhérents pour concrétiser un projet viable. Je suis heureuse de constater qu’avec les premières ventes, les adhérents affluent avec la volonté de l’engagement participatif. Nous devons rendre visible ce projet par une palette diverses d’actions, réunions d’informations, ventes, présence sur des événements de type mois ESS, salon bio, marché de Noël OFF, journée COLECOSOL, etc.

Peux-tu nous expliquer la philosophie de Coopalim en quelques mots ?

Coopalim est un collectif et le chemin se décide collégialement. Nous agissons ensemble par des méthodes démocratiques pour fédérer le plus d’habitants.tes à s’engager positivement et créativement dans le projet. L’engagement doit être concret, notamment avec un échange juste avec les producteurs de denrées de qualité.

L’offre alimentaire est déjà très diversifiée à Strasbourg (AMAP, association VRAC, ruche qui dit oui, etc.). Qu’est-ce que Coopalim apporte de plus ?

Nous travaillons à concrétiser un magasin que nous avons pensé et créé, dont nous sommes les propriétaires, les employés et les clients ; nous trouverons au même endroit les denrées de qualité dont nous avons besoin, que nous paierons moins cher, car nous donnons du temps pour l’organisation de ce lieu. Coopalim fait vivre aussi un lieu de rencontre, de mixité sociale et d’âge autour de l’alimentation, et bien plus, d’un nouveau modèle de vie plus simple et moins polluant.

Après la mise en place de ventes mensuelles, quelle sera la prochaine étape clé pour l’association Coopalim Strasbourg ?

Nous continuons les ventes avec régularité tout en recherchant un local provisoire comme lieu de ressource (réunions, stockage, ventes..) et de visibilité pour les adhérents et les personnes intéressées qui veulent nous rejoindre ; en effet, les questions sur le projet portent souvent sur le lieu où il sera implanté. En parallèle, nous développons nos références pour arriver à un magasin proposant le nécessaire et ouvert tous les jours. Nous favorisons la montée en charge du nombre d’adhérents (nous voulons être au moins 1000 !) par toutes les actions de visibilité, en expliquant le modèle participatif porté par notre projet.